La station balnéaire malouine entame sa mue

La rénovation de la station balnéaire de Malo-les-Bains constitue l’un des axes forts de la nouvelle stratégie touristique de la CUD, pour redynamiser le territoire et booster l’emploi local. Après l’installation de nouveaux réseaux, les travaux se poursuivent avec la pose d’un dallage, la création d’un muret anti-submersion.

 

Avec 400 000 nuitées d’hôtel enregistrées et 1,5 million de visiteurs accueillis dans l’ensemble de ses sites touristiques en 2017, l’agglomération dunkerquoise connaît un regain d’intérêt touristique, dont les retombées économiques constituent une opportunité pour l’emploi local. Dans le cadre des États Généraux de l’Emploi Local, la CUD s’est engagée à redynamiser le tourisme, à travers une montée en gamme de l’offre touristique, l’accompagnement des professionnels et davantage de promotion.

La digue malouine qui s’était fortement dégradée au fil des ans, notamment sur sa partie ouest, est l’objet d’une rénovation en profondeur. L’objectif est double. Tout d’abord, il s’agit de faire du front de mer un espace plus agréable, plus ludique, plus adapté pour accueillir des activités commerciales et des animations festives et familiales. Ce projet a également été conçu afin de mieux se protéger des risques de submersions marines. De la digue des Alliés à la rue Belle-Rade, le front de mer comportera de nouveaux aménagements : un dallage au sol moderne, un éclairage performant avec des caméras de protection, du wifi et des haut-parleurs, des terrasses sur pilotis accessibles aux commerçants ou aux plagistes, des sanitaires refaits à neuf, un muret anti-submersion qui offre des espaces de détente, une voirie séparant plus distinctement les usages. Des matériaux haut de gamme ont été sélectionnés pour redorer l’image de la station balnéaire : du bois, du béton lissé et de la pierre naturelle sculptée dont les motifs rappellent le carrelage des villas malouines traditionnelles.

Un chantier en deux temps

Les travaux ont commencé en octobre 2017 avec les réseaux (électricité, eau, télécom, fibre…) refaits à neuf à proximité des commerces à l’ouest de la place du Centenaire. Ils se poursuivent jusqu’à juin 2018 avec la création du muret, l’installation des premières terrasses et la pose de nouvelles dalles au sol (avec un arrêt du chantier durant les vacances de printemps). Sur la place du Centenaire, un muret de 60 cm de hauteur sera créé. Il sera rehaussé à 1,20 m sur la partie face à la mer et doté d’un abri vitré pour servir de gradins lors de manifestations. Durant toute la durée des travaux, il reste possible de circuler le long de la digue, d’accéder aux commerces*.

Après la pause estivale, les travaux reprendront mi-septembre sur la digue des Alliés, place du Centenaire, de part et d’autre de cette place jusqu’à la rue Belle-Rade, pour pouvoir profiter de tous ces nouveaux aménagements au printemps 2019.

*Une commission d’indemnisation a été créée pour estimer le préjudice économique subi et indemniser en conséquence.

 

Des projets complémentaires pour faire monter en gamme la station

• À l’extrémité ouest de la digue des Alliés, un nouveau poste de secours verra le jour d’ici 2020, avec un soin particulier accordé à sa qualité architecturale, pour marquer l’image de la station. Il offrira une vue panoramique sur l’horizon. Une nouvelle rampe invitera les passants à poursuivre la promenade vers la jetée ou en direction du pôle muséal du Grand Large.
• Un nouvel hôtel 4 étoiles sera édifié au bout de la digue des Alliés, doté d’une centaine de chambres, d’un spa, de nouveaux services. Son ouverture est prévue fin 2019 – début 2020.
• Les Îlots bleus, immeubles emblématiques de l’après-guerre, font l’objet d’un programme de ravalement obligatoire mis en place par la Ville de Dunkerque. Façades, pignons, balcons seront ainsi rénovés et embellis dans les deux ans à venir. La CUD aura en charge de rénover les escaliers vers la digue et les espaces publics alentours.
• Harmoniser les terrasses autour d’une identité commune, moderniser l’aspect général du front de mer et valoriser le patrimoine architectural, tels sont les objectifs de la nouvelle charte de qualité des terrasses de la Ville de Dunkerque, avec à la clé, une exonération partielle de taxe pour les restaurateurs.
• Avec Tendances, projet transfrontalier porté par la CUD et l’Agur, les professionnels du tourisme peuvent bénéficier d’un accompagnement pour mieux répondre aux attentes actuelles de la clientèle touristique (décoration, menu, activités insolites…).

A la Une

Vers le haut