La plage des Alliés bénéficie d’un réensablement

Afin de protéger la digue des Alliés et d'y créer un cordon dunaire, la Communauté urbaine de Dunkerque va apporter, en l’espace de quelques jours, près de 30 000 m3 de sable à l’ouest de la plage, au niveau de la jetée. Ce chantier entre dans le cadre de la stratégie communautaire de protection du littoral.

Afin de protéger la digue des Alliés, la Communauté urbaine de Dunkerque va apporter, en l’espace de quelques jours, près de 30 000 m3 de sable à l’ouest de la plage, au niveau de la jetée. 

Reconstituer un « matelas » sableux 

Après un premier réensablement d’entretien de la plage des Alliés en mai 2019, la Communauté urbaine de Dunkerque renouvelle l’opération du 27 au 29 novembre 2020. Particulièrement impacté par les aléas météorologiques, le secteur ouest de la plage des Alliés nécessite en effet chaque année la reconstitution d’un « matelas » sableux agissant comme une barrière protectrice. Car, si depuis le premier réensablement massif (1,5 million de m3) réalisé en 2013-2014 par le Grand Port Maritime de Dunkerque (GPMD) et l’Etat, une partie de ce sable reste en place, une autre dérive vers l’est ou repart en mer. 

Un cordon dunaire fixé par des oyats 

Ceci explique l’opération de réensablement opéré en cette fin de novembre 2020, avec un apport, par dragage, de 30 000 m3 de sable à l’ouest de la plage des Alliés. Le désensablement effectué la semaine dernière sur toute la longueur de la digue des Alliés permet de créer un cordon dunaire, qui sera fixé durablement grâce aux oyats plantés par le Grand Port Maritime de Dunkerque. 

Réalisé par la CUD dans le cadre de sa compétence GEMAPI (Gestion des Milieux Aquatiques et protection contre les Inondations) et sous le contrôle de l’Etat, cet investissement de 90 000 € permet de garantir un niveau de sécurité optimal de la digue. Appelée à être renouvelée chaque année, cette opération bénéficie de l’expertise technique du bureau d’études Géodunes et du suivi scientifique de l’Université du Littoral-Côte d’Opale. 

Une stratégie communautaire de protection du littoral 

Depuis 2016, la CUD a adopté dans le cadre de sa compétence GEMAPI une stratégie de gestion des ouvrages de protection contre les submersions marines. De Grand-Fort-Philippe à Bray-Dunes, un diagnostic a été réalisé afin de définir un programme complet de travaux de remise en état des perrés et des digues, dont la mise en œuvre s’étale sur plusieurs années. 

Les travaux de réensablement de la plage des Alliés s'inscrivent dans cette perspective, tout comme la remise en état des perrés du chenal de l'Aa à Gravelines et Grand-Fort-Philippe. 

A la Une

Vers le haut