La CUD veut booster l’artisanat

Fédérer les acteurs du territoire pour le développement de l’économie et de l’emploi est l’une des priorités des États généraux de l’emploi local. En ce sens, la CUD et la Chambre de Métiers et d’Artisanat des Hauts-de-France viennent de signer une convention de partenariat. Objectif : promouvoir, encourager et développer l’artisanat sur le territoire.

Plombier, boulanger, coiffeur, fromager, bonnetier, confiseur, traiteur, émailleur, graveur sur pierre, infographiste… des métiers les plus traditionnels aux plus actuels, en passant par les métiers d’art et les services : l’artisanat recense plus de 510 activités réparties dans 250 métiers. Et avec plus de 1 300 000 entreprises artisanales, c’est aussi la première entreprise de France. Historiquement tourné vers l’industrie, notre territoire accuse un déficit d’artisans : 1674 entreprises artisanales, pour 4085 salariés, sont recensées sur le périmètre communautaire, soit 83 artisans pour 10 000 habitants, contre 135 pour 10 000 habitants en région. « Il y a un potentiel de 3000 emplois à créer : c’est un objectif que nous pouvons atteindre si on y va ensemble. Cette convention est un trait d’union entre l’artisanat et les territoires », souligne Laurent Rigaud, premier vice-président de la Chambre de Métiers et de l’artisanat des Hauts-de-France. « Cette convention est le fruit d’un travail collectif de longue haleine qui traduit la volonté de travailler ensemble autour d’intérêts communs, à commencer par l’enjeu économique : l’artisanat est un enjeu essentiel de diversification de l’économie, poursuit Patrice Vergriete, président de la Communauté urbaine de Dunkerque. Un artisan, à l’image du Cornet d’Amour, Aux Doigts de Jean-Bart ou de Ruello, qui sont des institutions sur le Dunkerquois, est un élément d’identité et de fierté locale, il marque un territoire. Les artisans sont des repères qui jalonnent le temps. Il est important pour nous de soutenir cette économie. »


La convention qui unit désormais les deux institutions définit les priorités et modalités d’actions à engager sur 2 axes principaux :

  1. dresser un état des lieux de l'artisanat et des filières artisanales "en tension" dans le Dunkerquois
  2. mettre en œuvre une stratégie d’actions coordonnées et spécifiques notamment dans le cadre de La Turbine et de la Communauté entrepreneuriale, pour le développement de l'artisanat dans l’agglomération dunkerquoise.




Un programme de 10 actions communes

La CUD et la CMA s’engagent à travailler à la réalisation et au financement des actions suivantes :

  • Faire du tourisme un levier de développement de l'artisanat et soutenir le CEFRAL, centre de formation des métiers de la restauration, de la boulangerie et pâtisserie,
  • Initier une réflexion sur le potentiel de création d’un espace de formation dédié aux métiers du bien-être, de la beauté et de l’hôtellerie,
  • Accompagner les projets de villages artisans (Dunkerque /Petite-Synthe, Gravelines),
  • Etudier la possibilité de créer un espace de coworking dédié aux métiers de l’artisanat de l’image, de la vidéo et du cinéma en lien avec le projet de Maison du cinéma,
  • Développer une vitrine collective dédiée à l'artisanat et à la valorisation de ses métiers,
  • Faire des filières courtes/ bio et de l’approvisionnement des restaurants scolaires, un levier de développement de l'artisanat dans le cadre de la politique alimentaire développée par la CUD,
  • Soutenir le développement et la transformation des entreprises artisanales du bâtiment, en lien avec le projet Cœur de ville, le dispositif Reflex’Energie, Reflex’adaptation et les aides communautaires pour la rénovation des façades,
  • Favoriser au maximum l’allotissement (fractionnement en plusieurs lots) des marchés
  • Effectuer un travail de pédagogie et d’apprentissage entre les services des marchés publics de la CUD et des villes de l’agglomération, la CMA et les artisans,
  • Mettre en place des actions ciblées sur les repreneurs potentiels et apporter un appui technique le plus en amont possible pour accompagner les artisans à préparer la transmission de leur patrimoine professionnel.

A la Une

Vers le haut