La CUD encourage le handisport

Depuis 2016, les clubs de l’agglomération dunkerquoise qui développent le handisport peuvent bénéficier d’une aide financière de la CUD pouvant aller jusqu’à 3 000€ par an (sous conditions). À l’image du Dunkerque Flysurfing Club qui compte une section handi-kite de plus en plus dynamique.

Depuis bientôt vingt ans, le Dunkerque Flysurfing Club accueille et forme les amoureux de kite-surf de notre Littoral. Ils sont près de 300 licenciés aujourd’hui à bénéficier des conseils de l’équipe d’encadrement du club dunkerquois pour appréhender cette discipline de haut vol. Parmi lesquels Pernelle Marcon qui pratique le kite surf depuis deux ans grâce à du matériel adapté (voir ci-contre). Depuis 2016, le Dunkerque Flysurfing Club compte en effet une section handi-kite. Pour développer ce projet et répondre à de nouveaux be- soins, le club sollicite le « fonds d’amorçage handisport » de la Communauté urbaine de Dunkerque.

En effet, chaque année depuis 2016, la CUD met une enveloppe à disposition des clubs du territoire qui souhaitent développer la pratique d’activités sportives adaptées aux personnes en situation de handicap. Pour en bénéficier, il faut investir dans du matériel ou des aménagements spécifiques. L’aide allouée par la CUD peut atteindre 3 000€ par club sur présentation des factures et dans la limite de 50 % du montant global du projet.

En 2018, grâce au fonds d’amorçage de la CUD, le Dunkerque Flysurfing Club a concrétisé certains projets dont la transformation d’un bateau, l’achat d’une remorque, d’un moteur ou encore de matériel adapté (ailes de kite, combinai- sons, etc.).

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter le service des sports au 03 28 23 69 46.

 

PERNELLE MARCON

26 ans, licenciée au Dunkerque Flysurfing Club
« Je suis arrivée à Lille il y a quatre ans pour mes études, mais la mer me manquait alors j’ai eu envie de tester une activité nautique. On m’avait parlé du club de Dunkerque, j’ai fait ma curieuse et je suis allée voir. J’ai d’abord testé le paddle puis je me suis mise au kite grâce à Anémone et Sébastien qui sont formés et qui sont des gens super. Et pour avoir fait d’autres clubs en France, je peux dire que le DFC est une structure géniale : on peut arriver en voiture jusqu’au club, il y a des rampes partout, des vestiaires plus larges, des toilettes accessibles, des combinaisons adaptées, un kite-tender, etc. Le club souhaite développer sa section handi,
 mais le matériel spécifique coûte très cher, alors un petit coup de pouce financier
est toujours appréciable pour permettre l’accès de la pratique à tous. Comme un petit coup de main : il nous faut toujours plus de bénévoles. »

A la Une

Vers le haut