Dunkerque accueille le premier Digital Lab d’ ArcelorMittal France

Le Digital Lab d’ArcelorMittal a été inauguré à Dunkerque le 6 juillet. En créant un écosystème rassemblant industriels, start-ups, grandes écoles et université et acteurs locaux du digital, l’objectif du Digital Lab est d’apporter à l’industrie le meilleur de l’innovation numérique et d’accélérer sa transformation digitale.

Sur 2 700 m2, face au bassin de la Citadelle, le Digital Lab d’ArcelorMittal a été inauguré dans les anciens locaux réhabilités de l’Hôtel des Technologies. Avec une quinzaine de démonstrateurs, une centaine de personnes mobilisées, cinq espaces de co-working, trois salles d’immersion (dont une de réalité virtuelle), un auditorium pour accueillir des conférences, il est entièrement dédié à l’innovation numérique et digitale pour permettre à ArcelorMittal et à ses partenaires de concevoir des solutions industrielles pérennes, plus spécifiquement dans trois domaines : l’environnement, l’énergie et la sécurité.

« ArcelorMittal a pour ambition d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et de diminuer de 30 % les émissions de CO2 d’ici 2030. En plus du recyclage de l’acier et de la production de l’acier vert, la digitalisation est un pilier pour atteindre ces objectifs, explique David Glijer, directeur de la transformation digitale d’ArcelorMittal France.» Soutenu par la CUD , la région Hauts-de-France et l’Etat, ce Digital Lab génère tout un écosystème autour de la transformation digitale, rassemblant les grandes entreprises partenaires, tels que Engie pour l’efficacité énergétique, Suez pour la gestion de la consommation et Ericsson pour la connectivité mobile 5G. Le Digital Lab accueille également des starts-ups comme Ultiwatt sur l’optimisation énergétique, Immersion sur la réalité virtuelle et la réalité augmentée, EasyMile sur les véhicules autonomes et Symalean sur le management digitalisé des audits qualité-sécurité-environnement.

Ancré dans son territoire, le Digital Lab tisse des liens étroits avec le monde universitaire, en accueillant les étudiants des Arts et Métiers, de l’Ecole Polytechnique et  de l’ULCO ainsi que le monde de la recherche. Il est également un centre de formation pour accompagner l’évolution des métiers, avec la vocation de former 2500 personnes chaque année. « C’est un lieu ouvert pour expliquer à l’ensemble de la population qui utilise les nouvelles technologies au quotidien comment ces transformations agissent dans le monde de l’industrie, qui vit une pleine transformation, poursuit Davie Glijer. Des événements seront créés autour de la fête de la Science, de la semaine de l’Industrie, des hackathons.* »

ArcelorMittal France a également officialisé la création du consortium 5G Steel avec Ericsson  et Orange Business Services, qui bénéficie du soutien de l’Etat au travers de France Relance. Il déploiera l’un des premiers réseaux 5G industriels de France avec pour objectif de développer des projets faisant appel à une connectivité mobile haut débit : maintenance en mobilité, véhicules autonomes…

 « Ce Digital Lab va nous permettre d’accélérer une révolution profonde dans l’industrie, souligne Matthieu Jehl, directeur général d’ArcelorMittal France. La digitalisation est un vecteur fondamental pour améliorer la performance de nos opérations, dans la qualité, le service au client, la productivité, et tous les aspects de la transformation de nos industries : décarbonation, amélioration de notre performance environnementale, énergétique, ainsi que sur la sécurité. » Pour Patrice Vergriete, président de la Communauté urbaine de Dunkerque : « Ce lieu montre ce qu’est l’industrie 4.0. On est en train de vivre une nouvelle révolution industrielle. »

Prochainement, un second Digital Lab ouvrira ses portes à proximité du site de Florange en Moselle. Complémentaire du site dunkerquois, il traitera plus spécifiquement de l’innovation digitale en lien avec la maintenance, la qualité et le big data.

* Evénement ouvert autour de la programmation, pour faire émerger des projets innovants. 

     

     

    Quelques exemples de solutions développées

    • Après une formation théorique, un opérateur peut mettre en pratique un exercice de « chasse aux risques » dans une usine ArcelorMittal simulée en réalité virtuelle et se former ainsi aux consignes de sécurité. L’objectif est de tendre vers le zéro accident avec cet outil complémentaire des autres formations. 
    • Un système intelligent de régulation permet de récupérer en temps réel les données sur le niveau du gaz produit par ArcelorMittal et sur les besoins en électricité extérieurs. En pilotant la valorisation du gaz, on diminue le recours au torchage (qui survient lors d’excédent du gaz produit). « Cela permet d’épargner 600 000 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent de la consommation électrique de 700 foyers », explique Clément Théri, data scientist chez ArcelorMittal.  
    • L’intelligence de la corobotique développée avec Orus est utilisée pour marquer un produit lorsque les températures ne permettent pas à l’homme de réaliser cette tâche, mais celui-ci peut la superviser à distance.
    • En portant un casque avec réalité augmentée, un opérateur emballage peut récupérer rapidement toutes les données d’une bobine emballée, contrôler les informations, déclarer sa conformité et l’envoyer à l’expédition. Là où auparavant, il lui fallait s’équiper d’un trackeur pour scanner la bobine, d’un appareil photo pour la traçabilité et d’un catalogue contenant les 60 références d’emballages…

    A la Une

    Vers le haut